Le WE du 29 et 30 mai a vu se dérouler trois belles célébrations au cours desquelles une cinquantaine d’enfant de l ‘aumônerie du lycée Chateaubriand ont communié pour la première fois.

Préparés depuis deux ans avec des séances de catéchèse hebdomadaire à Chateaubriand et des rencontres mensuelles à St louis, ces enfants grandissent dans la foi, l’espérance et la charité. Des témoins et transmetteurs les accompagnent: leur famille tout d’abord, les catéchistes ensuite, nous tous, disciples du Christ, enfin, lorsque nous reflétons ce que nous avons contemplé.

Bonne route à chacun de ces enfants. Notre prière les accompagne.

Voici l’homélie du Père Sébastien Payet, prêtre du diocèse de la Réunion :

Frères et sœurs,

nous sommes rassemblés dans cette église-bâtiment, faite de pierres, de bois, de matériaux précieux. Cet édifice religieux, ce temple saint, ce sanctuaire est le lieu de la demeure de Dieu, nous pouvons l’appeler la maison de Dieu. Et si nous croyons vraiment que Dieu est le vrai Dieu, le seul Dieu, l’Unique dans la Trinité des Personnes divines, le Père, le Fils et l’Esprit Saint, si nous croyons qu’il est le Créateur du monde et le Sauveur, le souverain Roi de l’univers, alors nous ne pouvons entrer dans une église, dans la maison de Dieu, n’importe comment.

Si nous étions invités à la cour d’un grand de ce monde, d’un roi ou d’une reine par exemple, nous ne nous présenterions pas au palais vêtus de manière inappropriée, nous serions tenus de suivre tout un protocole pour nous tenir en présence de ce roi ou de cette reine, pour lui signifier notre reconnaissance d’être invités, pour lui dire tout l’hommage que nous lui rendons.

Il en est donc de même quand nous entrons dans une église, une chapelle, un oratoire, un lieu saint :  nous devons manifester par notre conduite, notre attitude, toute la reconnaissance qui est la nôtre envers notre Dieu, lui rendre honneur, gloire et louange par nos hymnes de fête, notre liturgie, par notre adoration silencieuse également.

Mais l’église en tant que bâtiment n’a pas beaucoup de sens si elle n’est pas vivante, habitée par la communauté des fidèles rassemblées.

L’Église, c’est donc avant tout l’assemblée de tous ceux et celles qui confessent la foi en ce Dieu d’Amour, qui est Père, Fils et Esprit Saint, en ce Dieu qui nous a tant aimé qu’il a donné sa vie pour nous sur la croix, et nous donne d’avoir part à sa gloire, celle de la Résurrection, celle de la vie éternelle et bienheureuse des Saints dans la vision de Dieu.

L’Église, c’est la communauté rassemblée, c’est aussi chacun d’entre nous qui sommes les pierres vivantes de cet édifice spirituel et saint.

L’Église c’est donc aussi toi qui accueilles le Seigneur dans ta vie, dans cœur, ton âme, ton corps. Car nous ne sommes pas seulement une âme pensante, ni seulement un cœur, nous sommes aussi un corps, une chair concrète. Tout comme Jésus, le Verbe de Dieu, qui s’est fait chair et a habité parmi nous. Nous sommes un corps, une âme, un cœur, et c’est tout nôtre être qui est appelé à recevoir le Seigneur qui se donne à manger et à boire en son Corps et son Sang, livré, versé pour nous et pour la multitude. Jésus ne se donne pas seulement à notre âme, il se donne aussi à notre corps, nous sommes invités dans la communion à vivre véritablement un cœur à cœur, un corps à corps avec Lui. À devenir avec Lui une seule chair. À être un avec lui, comme lui avec son Père, dans l’unité du Saint Esprit.

Et si nous croyons que Jésus est le Sauveur, si nous accueillons sa Parole, si l’accueillons, Lui la Parole de Dieu, ce n’est pas seulement Lui que nous accueillons, mais aussi Celui qui l’a envoyé, c’est-à-dire son Père, notre Père. Et Jésus qui nous communique son Esprit de sainteté, nous donne par son Esprit d’appeler Dieu : « Abba ! Papa ! ».

Quand nous communions donc au Corps et au Sang du Seigneur, quand nous recevons dans notre maison le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs, c’est Dieu-Trinité Lui-même que nous recevons. As-tu déjà pensé à ceci : Dieu est plus grand que l’univers. Et l’univers ne peut pas le contenir car Dieu est au-delà. Et pourtant, dans l’Eucharistie, Dieu est présent tout entier, en sorte que lorsque tu communies, ton cœur, ton âme, ton corps, ton être tout entier devient plus grand que l’univers, puisque par ce sacrement d’amour tu ne fais plus qu’un avec le Seigneur, Lui ton Créateur et ton Sauveur.

Alors tu comprends un peu mieux je l’espère que nous ne pouvons pas laisser notre maison intérieure, ce temple saint que nous sommes, vide, ou du moins laisser le Seigneur l’habiter tout seul, sans jamais venir le visiter et prendre soin de ce palais qui est celui du Roi. Pourquoi sommes-nous si souvent à l’extérieur de nous-mêmes, loin de la présence de Dieu qui se fait pourtant si proche qu’il vient demeurer en chacun de nous ? Dieu attend que tu viennes le visiter non seulement dans l’église-bâtiment mais aussi et surtout dans l’Église de ton être, de nos êtres, dans ce cœur à cœur et ce corps à corps avec Lui. Dans cet échange intime qu’est la prière, qu’est la vie des sacrements, et dans le concret de nos actes dans le monde, envers notre prochain. Car lorsque nous avons communié, lorsque nous repartons dans notre quotidien fait de rencontres et d’activités familiales, scolaires, professionnelles, de loisirs ou autres, dans l’aujourd’hui de nos vies, c’est alors que cette communion sacramentelle au Corps et au Sang du Seigneur, à la Vie de la Très Sainte Trinité, prend tout son sens et porte du fruit.

Si tu veux rester dans cette communion avec le Seigneur, garde son commandement, mets-le en pratique, ainsi le Seigneur viendra faire sa demeure en toi et son Père avec Lui, dans l’unité de l’Esprit Saint. Or son commandement le voici : « aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés », « c’est ainsi que tous vous reconnaîtront pour mes disciples : à l’amour que vous aurez les uns pour les autres », « il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis ». « Aime le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, de tout ton esprit », « Aime-ton prochain comme toi-même ». Ainsi donc, toute notre foi peut se résumer en un seul mot : « aime ». « Dieu est Amour ». Si tu veux demeurer en Dieu et porter cette présence divine à ceux qui t’entourent, aime, simplement, mais réellement : aime !

Si tu reçois le Seigneur qui se donne à toi dans l’Eucharistie, ce n’est pas seulement pour toi, mais c’est aussi pour que tu le portes au monde, à ce monde qui a tant faim et soif d’amour, du Vrai Amour. Alors, au terme de notre route, quand nous serons accueillis par le Seigneur dans la demeure éternelle, au paradis, quand nous le verrons face à face, nous ne serons pas dans la peur, mais dans la joie et l’allégresse. Joie et allégresse, bonheur sans fin de partager la vie de celui pour qui nous ne sommes pas étrangers parce que nous ne lui aurons pas été étranger dans notre vie sur terre lorsque nous l’avons rencontré dans l’un de ces petits qui sont ses frères, ses sœurs, notre prochain.

Rome, Saint-Louis des Français, le dimanche 30 mai 2021.

Père Sébastien PAYET.

© 2020 Saint Louis des Français | Made by Communauté Saint-Louis-des-Français