Noël 2021, Saint Louis des Français

Frères et Sœurs,
Depuis plus de deux milles ans, et comme chaque année, les chrétiens du monde entier se réunissent à Noël pour célébrer la naissance du Fils de Dieu Jésus Christ notre Seigneur, devenu l’un de nous, pour nous faire entrer dans l’intimité de Dieu et pour changer la face de la terre en révélant l’amour dont Dieu son Père nous aime.
Nous Le contemplons avec Marie, Joseph et les bergers, Lui qui tient dans ses mains l’Espérance des hommes et l’avenir du monde.
Sa naissance est un évènement si extraordinaire qu’elle met un terme au monde ancien et fait surgir un monde nouveau.
Il y a désormais et pour toujours, un avant et un après Jésus Christ !
Saint Jean dans son Evangile dit que : « Le Christ est venu chez les siens », Lui, « la Lumière des Nations », « et que les siens ne l’ont pas reçu ». (Jn1, 11)
De fait, Jésus a été accueilli par une multitude de croyants, et rejeté par beaucoup d’autres. Adulte, Il sera injustement condamné à mort et crucifié comme un bandit.

2
De même qu’on ne peut pas empêcher Sa lumière de nous éclairer, parce qu’elle est plus forte que les ténèbres, et qu’elle éclate au grand jour. Le Pape François disait à Noël 2019, je cite, « Il y a des ténèbres dans les cœurs humains, mais plus grande est la lumière du Christ ».
De même, on ne peut pas empêcher le Seigneur de nous aimer. « Dieu est Amour » dit Saint Jean. Lui le premier, nous a acceptés et aimés, tels que nous sommes. Il nous apprend plus encore que donner mais à nous donner d’un cœur disponible, d’un cœur qui veut appartenir à Dieu pour Le reconnaître dans les évènements de notre vie. C’est ce qu’avait si bien compris Sainte Thérèse de Lisieux, qui disait : « Aimer c’est tout donner et se donner soi-même. »
Frères et Sœurs,
Notre Dieu est tellement grand qu’Il peut se permettre de devenir enfant, tellement fort qu’Il peut se montrer faible, si irrésistiblement attirant que personne ne peut lui résister tout en étant forcé en rien. Notre Dieu est si puissant qu’Il peut susciter notre réponse, sans attenter en rien à notre liberté. Le Seigneur que nous adorons dans ce nouveau-né ne s’impose pas, Il se tient à la porte comme un enfant qui demande de pouvoir entrer. A peine est-Il visible ; « Il n’écrase pas le roseau froissé, Il n’éteint pas la mèche qui faiblit. » (Mt 2, 20)

3
L’Evangile nous dit que les bergers se sont mis à genoux, qu’ils se sont prosternés devant Lui. Belle leçon d’humilité, vertu nécessaire pour « devenir enfants de Dieu » (Jn 1, 12) et former la grande famille ecclésiale de frères et de sœurs, artisans de la Paix que le Christ est venu apporter aux hommes qu’Il aime.
« Il nous faut devenir comme l’un de ces petits que Jésus aimait, dit Saint Mathieu, car le Royaume des cieux appartient à ceux qui leur ressemblent. » (Mt18, 1-4)
Il est vrai que personne n’est plus désarmé qu’un enfant, et pourtant, avec l’Enfant Jésus, tout devient possible :
Là où il y a la haine, Il nous apprend à mettre l’amour, Il nous demande d’être les messagers de Sa joie et de Sa paix, et là où s’épaississent les ténèbres, Il vient faire éclater Sa lumière qui illumine et réchauffe, qui ouvre et vivifie le cœur de qui en a besoin.
Et parce que cet enfant est Dieu, Il fait de chaque battement de son cœur, un acte d’amour pour son Père, et pour notre Salut.
Souvenons-nous, Frères et Sœurs, que durant sa vie terrestre, le Christ est passé par trois nuits, celle de Noël, celle du Vendredi Saint et celle de Pâques, pour que l’humanité sorte de la nuit mortifère du péché.

4
A Noël, nous fêtons la crèche de Bethléem, parce qu’elle est la naissance de la Résurrection. Le Christ est Vivant, Il nous propose de venir faire sa demeure en nous.
Devant la crèche laissons-nous interpeller par le Seigneur qui pose à chacun cette question : Veux-tu que je sois ton Sauveur ?
Ce qui veut dire concrètement : Acceptes-tu de me laisser faire en toi l’œuvre de Salut que je suis venu réaliser ?
Œuvre de transformation de l’âme, et du renouvellement du cœur, œuvre d’apprentissage de la communion et de la paix, œuvre de vie et de résurrection, œuvre d’un dépouillement qui conduit à la joie profonde…
Veux-tu vraiment cela ?
Je ne puis répondre à votre place, mais je souhaite à chacun de vous qu’il s’inspire dans sa réponse de celle de la Vierge Marie à l’Annonciation. Elle, qui avait répondu à l’ange Gabriel : « que ta parole s’accomplisse pour moi ! » – Sa cousine Elisabeth s’était alors écrié : « heureuse es-tu, toi qui as cru aux paroles qui te furent dites ! »

5
Frères et Sœurs,
Noël apporte au monde un fantastique message d’Espérance dont nous devons être les ambassadeurs.
Saint Paul VI disait que nos contemporains avaient plus que jamais besoin de témoins crédibles de la présence de Dieu par le témoignage des saints !
Notre fidélité à suivre le Christ et à vivre son Evangile actualise Sa Parole et renouvelle l’Eglise et l’humanité. C’est notre responsabilité de « disciple-missionnaire ».
C’est cette grâce de fidélité que nous demandons les uns pour les autres au Seigneur par l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Eglise, qui, à Noël, nous donne son Fils notre Espérance et notre Paix, pour la Gloire de Dieu et le Salut du monde. AMEN

© 2020 Saint Louis des Français | Made by Communauté Saint-Louis-des-Français | Politique de confidentialité