*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

10 janvier 2021 – Baptême du Seigneur

Frères et Sœurs,

Avec la fête du Baptême du Seigneur que nous célébrons aujourd’hui, se clôt le temps liturgique de Noël.

A Noël, nous avons célébré la naissance du Christ, l’Enfant-Dieu, l’Emmanuel.

Au XIII°siècle, peu avant sa mort, Saint François d’Assise a répandu l’usage de la crèche, et avec elle est apparue la dévotion à l’Enfant Jésus.

Mercredi dernier, en la fête de l’Epiphanie, nous avons  célébré le Christ « Lumière des Nations. » 

Mais, l’Epiphanie célèbre trois évènements : 

L’adoration des Mages, le Baptême du Christ au Jourdain et les noces de Cana.

A travers ces trois événements, le Christ manifeste sa gloire et apparait en pleine clarté aux yeux de la Foi, comme Messie d’Israël, Fils de Dieu – Sauveur du monde et Lumière des Nations.

Jean-Baptiste est le plus grand des prophètes parce qu’il  a annoncé et proclamé la venue imminente du Seigneur : « Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales. » (Mc 1,6-7)

2

Jean-Baptiste se trouve être à la jonction entre l’Ancien et le Nouveau Testament.                                    

Le baptême qu’il donne  est un geste par lequel ceux qui viennent le recevoir reconnaissent qu’ils sont pécheurs et qu’ils veulent se convertir, en vue d’accueillir le Seigneur qui doit venir. 

Frères et Sœurs,

En venant de Nazareth, ville de Galilée, pour se faire baptiser par Jean Baptiste, dans les eaux du Jourdain, le Christ manifeste clairement qu’Il partage notre condition humaine à l’exclusion du péché. 

Au moment de son baptême, l’Esprit Saint descend sur Lui,  « … une voix venant des cieux se fait entendre : Tu es mon fils bien-aimé,  en toi,  j’ai mis tout mon amour ».

Cette théophanie, cette manifestation de la Trinité Sainte constitue en quelque sorte l’intronisation messianique du Christ qui reçoit ce signe divin comme une confirmation de ce qu’Il est, et comme l’inauguration de sa mission de Sauveur.

Tout au long de ses trois années de vie publique, le Christ va parler, faire des guérisons et des miracles pour que les hommes comprennent que seul l’Amour de Dieu peut les sauver.

A travers son propre baptême, le Christ habité par la plénitude de l’Esprit Saint vient faire de nous les fils bien-aimés de Dieu.

3

Dieu a voulu que nous soyons définitivement libérés des puissances du Mal pour ressusciter avec le Christ. C’est la grâce que nous recevons à notre baptême. 

Frères et Sœurs,

Lors d’une audience générale du mercredi à Rome, le Pape François posait la question à ses auditeurs : « connaissez-vous la date de votre baptême ? » 

Bonne question ! Chacun de nous peut-il y répondre ?

Pourtant, la date de notre baptême est vraiment pour nous chrétiens le jour le plus important de notre vie. 

C’est ce jour là que nous sommes devenus enfants de Dieu et que nous avons reçu ces paroles du Seigneur : « Tu es mon enfant bien-aimé ». 

Cela peut se traduire par je compte sur toi ! 

Jean Baptiste parlait d’un baptême de conversion.

La conversion, cela indique un changement de direction.

La conversion dans l’Esprit Saint, cela signifie que notre cœur change de direction pour se tourner vers le Christ et son Évangile pour en vivre !

Le baptême fait de chacun un disciple de Jésus, appelé à accueillir dans sa vie l’amour que Dieu lui donne, et un missionnaire, appelé à témoigner par sa prière et son comportement,- son attention et son intérêt pour les autres pour les comprendre, les connaître et les aimer. 

4

Saint John-Henry Newman disait que « la meilleure préparation pour aimer le monde dans son entier, et l’aimer de manière sage et bonne, consistait à entretenir une amitié confiante et une véritable affection à l’égard de ceux qui partagent notre vie. »                                         

Cela nous le réalisons en mettant de la bienveillance là où s’installe l’indifférence.

De la confiance et de l’estime, là où réside l’incompréhension ou le mépris. 

En ayant une parole d’encouragement pour relever l’autre quand il baisse les bras.

En pardonnant les offenses pour rétablir la paix et la concorde qui ouvrent des chemins nouveaux.  

Frères et Sœurs,   

Dans les difficultés et les épreuves que nous rencontrons avec la pandémie gardons confiance dans la Providence dont nous ne pouvons ni prévoir ni limiter l’action bienfaisante.                                    

Par la grâce de l’Esprit Saint, le Seigneur nous donne bien des signes de sa présence, sans que nous sachions toujours les voir, les percevoir !

Au seuil de cette nouvelle année demandons au Seigneur qui est notre lumière et notre force, et qui s’est fait si proche de nous dans l’Eucharistie, la grâce d’avancer sereinement sur le chemin de la Foi et de l’Espérance.                                                                           AMEN

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

**

© 2020 Saint Louis des Français | Made by Communauté Saint-Louis-des-Français