Homélie pour l’Annonciation 25 mars 2019.

SPES MESSIS IN SEMINE
C’est la raison de notre joie en ce jour.
Spes messis in semine cela signifie : l’espérance de la moisson est dans la semence.
C’est le cœur de notre foi, la joie de toute notre vie et la source de notre Espérance.
Spes messis in semine !
En effet, le soir, après l’Annonciation, à Nazareth rien n’est, en apparence, bien différent des autres soirs, les bêtes sont à l’étable, les paysans sont rentrés des champs avec la satisfaction du travail accompli, la conviction que le mal qu’ils se sont donnés portera son fruit en son temps. A raison, en ce mois de mars, ils ont probablement semé toute la journée, pourtant ce soir rien ne se voit, rien n’a changé et le soleil se couche sur Nazareth. Mais eux savent, ils savent que sous cette terre fertile est déposé le germe, la récolte ils ne l’ont pas, ils l’ont même perdu ce qui leur restait de grain en l’enfouissant dans leur champ. Mais désormais le printemps est arrivé, le cycle est lancé. Comme un rideau de théâtre qui se lève… rien n’a été dit mais nous savons que tout commence.
Voilà pourquoi ce jour Saint Grégoire l’appelle « le plus grand des événements »,
Parce que ce qui se passe en Marie est du même ordre, comme presque toutes les grandes choses que Dieu accomplit, il le fait dans la simplicité et l’humilité, ici celle du cœur et du corps de Marie.
Aujourd’hui, le tout puissant se fait le tout petit, le très haut se fait le tout proche, le tout autre se fait l’un de nous : Emmanuel ! C’est le signe dont nous parle Isaïe, visible uniquement dans la foi.
Aujourd’hui pas de moisson pas de récolte dans les vignes pas de pressoir qui coule ni de moulin qui tourne. Rien ! Et pourtant tout y est. Voilà l’Espérance.
Le Seigneur est avec toi dit L’ange à Marie, le Seigneur soit avec vous vous ai-je dit tout à l’heure ; cette bonne Nouvelle est pour nous. C’est cette nature qu’il assume dont nous sommes, c’est cette moisson qu’il annonce que nous allons recevoir.

Ce grand mystère, c’est par le oui de Marie que nous y entrons. Par le chapelet, ou l’angelus, main dans la main avec elle, la Vierge nous accompagne dans la profondeur de ce mystère du Salut !
il nous dépasse comme il la dépasse, il demande notre foi comme il a demandé la sienne, il nous demande de répondre comme elle a répondu, et de nous réjouir, comme elle, parce que, maintenant nous le savons, l’espérance de la moisson est déjà dans la semence :

SPES MESSIS IN SEMINE

Rome, le 25 mars 2019
P. Charles-Marie Rigail +
Premier chapelain

© 2017 Saint Louis des Français | Made by Adri & Popo